•  

    Nous sommes en 1939, Pierre Derlon a 19 ans quand il sauve un vieux gitan ayant eu un malaise, agonisant dans un fossé rempli d'eau. Il le dégage de l'eau et s'élance à vélo pour prévenir le convoi.

    Notre homme est sauvé, mais le chef de la tribu lui demande de rester partager le repas et lui dit : 

    - Tu es un père pour cet homme que tu as sauvé car tu lui as donné une deuxième vie.

    Tu partageras notre pain, notre vin, le niglo* et ma verdine*. Tu dormiras ici, et nous dormirons avec toi, tous ceux qui sont de mon sang.

    Pierre, le gadjo était devenu un « fral *» pour la tribu qu'il ne quittera plus,

    Il apprit  la tribu à lire et à écrire et reçu beaucoup en retour.

     

                                               LE GADJO

     

    Le vieux, ce matin-là réveilla Pierre plus tôt qu à l'accoutumé. Il dit : 

    -Le chmitt*rôde alors que la nuit n'a point étouffé la dernière étoile!

    Alors que Pierre s'habillait pour aider aux attelages, l'Ancien continuait :

    - C'est un privilège de naître gitan, c'est être un homme et n'est homme véritable que le gitan,

    Le reste n'existe pas.

    Tu n'existerais pas si tu n'étais mon fral, et qu'avant de recevoir, tu m'as beaucoup donné.

    Être le fral d'un gitan,

    c'est d'être au centre de la tribu,

    hors du cercle de lumière demeure la nuit.

     

                                         LES YEUX D'INÈS

     

    Inès se tenait droite, immobile, attendant le signe. Et le Vieux fit le signe, Inès s'approcha, franchit le cercle du conseil et attendit.

    Elle était belle, l'œil  était bleu, le cheveu roux mêlé de noir,

    - L'aimes-tu ? fit le Vieux

    - Je l'aime

    -A-t-il dit qu'il t'aimait ?

    -Il me l'a dit

    -Aimerais-tu des enfants de lui ?

    -J'en aurais

    -Il sera de la tribu !  

    C'est bien fit le vieux en soupirant, l'étranger sera mon fils, cependant, Inès, retiens bien ceci, quoi que tu lui donnes de toi avant les épousailles, cette chose** de toi qu'il aura prise, il ne l'aura plus jamais, sauf une seule fois, et seulement au jour et à l'heure que tu auras choisis. 

     

    Ceci dit, il l'embrassa sur le front.

     

     

    Ils se marièrent et eurent...quatre enfants.

     

    * niglo : hérisson

    *verdine : roulotte

    * fral : frère

    *chmitt : gendarme

     ** Le diklo : la virginité

     

     

                                                       ♦♦♦ 

     

                                                        ♦♦♦ 

                    

     

     


    17 commentaires
  • Notre ami Pierre Derlon, un "gadjo", c'est à dire un homme étranger à la tribu des gitans est devenu tzigane et a partagé la vie bohémienne. Lui qui sait lire et écrire nous transmettra les messages des derniers patriarches souvent analphabètes.

    Plus qu'un ami, car les hasards dramatiques d'une guerre ne m'ont pas permis d'être "de la tribu".

    Pierre DERLON raconte comment son destin a changé à 19 ans sur une route de la Beauce quand il a sauvé la vie de Pietro Artis, un Romano, qui est devenu son père spirituel, auprès duquel il a tant appris. Il évoque sa vie avec les Romanos, ces pourchassés, ces mal aimés et ses diverses rencontres. Il a partagé la vie d'Alexandre BOUGLIONE, celle des pauvres vanniers, a été dresseur d'oiseaux, cascadeur, clown, mais aussi, peintre en bâtiment, détective privé, docker, garçon d'écurie, etc., a fait du cirque chez Medrano puis chez Bouglione où il faisait des dessins. Il parle de ses rapports avec Alexandre BOUGLIONE, Achille ZAVATTA, "Giorgio", un orfèvre et autres gitans avec lesquels il a connu des aventures extraordinaires. Il nous raconte un tribunal des corbeaux, le rituel des vases d'harmonie pour un couple, les veillées près des roulottes, les traditions tziganes...

                                                                     À SUIVRE.

                                                            

     


    10 commentaires
  • EN SOUVENIR D'UN AMI DE MA FAMILLE.

     

     

    ♦♦♦


    8 commentaires
  •  Après une enquête minutieuse de l'IGPN , le tireur de flashball qui a provoqué de nombreuses blessures aux manifestants, dits des "Gilets Jaunes" a été longuement interrogé.

    Ce tireur nie viser le visage, mais les enquêteurs ne font pas tous la même analyse. 

    Certains veulent poursuivre les instructeurs.

    D'autres évoquent le mensonge et s'interrogent sur la possibilité d'une vengeance personnelle.

    Un média réputé pour le sérieux de ses investigations a publié la photo de ce policier, mais le droit à l'image ne me permet pas de la publier, mais vous pouvez la voir en cliquant    ICI

                                                                                    ♦♦♦

     


    18 commentaires
  •  Le froid est en réalité l'absence de chaleur.

    Tout individu ou tout objet possède ou transmet de l'énergie.

    La chaleur est produite par un corps ou par une matière qui transmet de l'énergie.

    Le zéro absolu  est l'absence totale de chaleur ; toute la matière devient inerte et incapable de réagir à cette température.

    Le froid n'existe pas. Nous avons créé ce mot pour décrire ce que nous ressentons si nous n'avons aucune chaleur. 

    Cette réponse est celle d'un élève à son professeur...stupéfait ! L'élève s'appelle Albert Einstein !

    Tout est exact ! le zéro absolu défini par Kelvin à -273,15°C est la plus basse température possible, et impossible à atteindre, c'est le point Zéro, sans énergie, où la matière se détruit, c'est le point Zéro du Big Bang, c'est le point où l'univers est si petit que l'on ne sait si il y a quelque chose ou rien.

                                                                                   ♦♦♦


    15 commentaires