• LES CHATS ONT TOUT COMPRIS

           Le philosophe britannique John Gray en est persuadé : le secret d’une vie heureuse est à chercher du côté des chats. Terrorisés à l’idée de la survenue inéluctable de notre mort, nous passons notre vie (nous, pauvres humains) à chercher des consolations à travers la morale, la religion, la politique ou encore la philosophie. Les chats eux, ne s’encombrent pas de quêtes si vaines : “Ils obéissent à leur nature et se satisfont de la vie qu’elle leur donne”, sans craindre le jour où elle cessera, applaudit Gray.

    ♦♦♦




    8 commentaires
  • Michèle Lalonde est une écrivainepoètedramaturge et essayiste québécoise née à Montréal, le 28 juillet 1937. Ses ouvrages se concentrent sur l’identité québécoise.

    Elle a écrit le fameux poème Speak White en 1968, crée dans le cadre des récitals Poèmes et chants de la résistance, qu'elle lut à La Nuit de la poésie 27 mars 1970, fondé sur l’injure utilisée par les anglophones envers les francophones du Canada quand la langue française était utilisée en public.

    Le 12 octobre 1889, au cours des débats à la Chambre des communes du Canada, le deputé du Parti libéral canadien Henri Bourassa se fait huer par des députés anglophones. Quand il tente de s’expliquer en français, il se fait crier : « Speak White ! ». Le dictionnaire québécois-français a une entrée tirée d'un numéro de Maclean's datant de 1963 : « Sur vingt Canadiens-français que vous rencontrez chez moi ou chez vous, quinze peuvent dire avoir été intimés de ce méprisant speak white. » Dans la nuit du 9 décembre 1999, des vandales ont installé une banderole sur le pont séparant le Québec et l'Ontario où l'on pouvait lire : « From this point speak white! » (« À partir d'ici, parlez blanc »).

    Regardez sur YouTube

    ♦♦♦

     

     


    4 commentaires
  • ♦♦♦


    5 commentaires
  • Désolé ! je cherche encore une blague !

    ♦♦♦


    5 commentaires
  • Les bistrots ont joué un rôle essentiel dans l'effervescence culturelle et politique des XIXe et  XXe siècle. 

    Artistes, intellectuels et toutes les classes sociales les fréquentaient, un véritable melting-pot, un brassage de toutes les opinions.

    "Le café est le parlement du peuple" disait Balzac.

    Les patrons des bistrots traditionnels sont actuellement très inquiets de la disparition accélérée de ces lieux de vie.

    Le fast-food ne remplacera pas le bistrot, personne n'aurait l'idée d'y venir discuter, dessiner, écrire !

    ♦♦♦


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique